• editor834

NDIP development protestors vow to continue

By Carmen Marie Fabio



PHOTO BY CARMEN MARIE FABIO

Sylvie Tousignant of Le comité SOS Boisé des Chênes Blancs addresses media and the roughly 100 protesters who assembled near 63rd Avenue in Notre-Dame-de-l’Île-Perrot the morning of February 14 to symbolically decorate and celebrate the forest that’s being partially razed to allow for a 17-house development.


The cutting of trees for a disputed 17-house development project on 64th Avenue in Notre-Dame-de-l’Île-Perrot (NDIP)may have already begun but residents are vowing to continue to protest and are calling for a moratorium on this and four other housing projects slated to begin on the territory this year.

A rally held Sunday, February 14 organized by Le comité SOS Boisé des Chênes Blancs drew roughly 100 citizens including biologists, researchers, and Quebec Green Party leader Alex Tyrrell.

“I came to support the demands of the citizens who are calling for a moratorium on all new development on Île-Perrot until a global plan is presented that takes into account conservation and the protection of green space. I fully support their request for this moratorium,” Tyrrell told The Journal.

“I’m also calling on the Minister of the Environment Benoît Charette to redo the evaluations of this area here which, according to the citizens, contains endangered species including White oak trees and the Western chorus frog,” he added.

Experts speak up

“This is a very special and rare forest with a White oak community,” said biologist and PhD candidate at Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue Annie-Claude Bélisle. “It’s old growth and quite unique in southern Quebec,” she said, adding most White oaks have been felled for development.

“The forest likely dates back to colonization, and possibly even before,” Bélisle said. “There’s archeological and environmental value to the area. Woodlands are crucial for the population to access nature and reap the health benefits.”

The tree-cutting was to have begun in the spring but following citizen outcry, the developer moved the date forward and began cutting on February 9.

“There are many other projects set to take place on the island,” Bélisle added. “This group of citizens is a good start for protecting what’s left.”


PHOTO BY SÉBASTIEN BOISVERT

This Northern flicker is one of the many birds that currently inhabit the patch of land in NDIP known as White Oak Forest – soon to become home to a 17-house development.


Important biodiversity

“This site is so precious,” said area resident Sébastien Boisvert, “and as this movement is growing, lots of professionals are coming in pointing out that it’s an important spot for biodiversity.”

Boisvert said that even if there are efforts by the developer to preserve a portion of the White oaks, the development will include dynamite blasting which will have further detrimental effects on the forest.

“The mayor (Danie Deschênes) doesn’t seem to see the forest,” Boisvert said. “All she seems to see is the opportunity for development. In an address made to citizens earlier in February, she made it very clear – all privately owned woods were meant to be developed. There’s no plan to protect them.”

“The mayor made it clear the city needs tax money but there’s no concern for nature or for this forest,” added resident Sandra Gajdos. “There’s no concern for the animals whatsoever.”

Residents also voiced their objections against Mayor Deschênes for allowing the work to proceed without any sort of public consultation.

Impact analysis

A 24-page report on the impact analysis and recommendations for the draft real estate development issued to the town February 9 was obtained by The Journal. Prepared by Université de Montréal Graduate student and consultant archaeologist Alex Lefrançois-Leduc who specializes in dendroarchaeology, the study of vegetation and structural remains using tree-ring dating, the report looks at the geological history of the area, historical and archaeological framework, and aboriginal occupation.

The report concludes by recommending the complete preservation of the area to ensure the protection of any archaeological heritage due to the qualities of its landscape and inherent culture. It continues, “In the event that woodlot preservation is not an option chosen by the promoter, the municipality, and the Ministry of Culture and Communications, we recommend carrying out an archaeological inventory of the area prior to development.”

When asked for her comments on Lefrançois-Leduc’s archeological study, Mayor Deschênes replied, “No comment about anything. I think that we’ve done everything we had to and it will follow its course.”


PHOTO BY CARMEN MARIE FABIO

Members from environmental groups Extinction Rebellion, Pincourt Vert, the Quebec Green Party, and MARE (Mouvement d'action régional en environnement) were all on hand to lend their support to the area residents in their protest.


Grassroots groups mobilizing

Martin Legault from the group Mouvement d'action régional en environnement (MARE) had only 36 hours to mobilize a large group of members who came from a range between Saint-Zotique and Laval to offer their support for the movement. MARE’s objective is, “…to support citizens and organizations in their environmental projects, currently in the Vaudreuil-Soulanges-Valleyfield region, but also, in the future, in other regions. These projects can be of a political, social, technical or other nature and take extremely varied forms.”

In two short years, the group has grown to over 200 members and supports citizens who find themselves alone and discouraged in their environmental battles, often against entities with deep pockets.

“Rather than reinvent the wheel each time, we’re here as a group to help them out,” said Legault. Through their network, they’ve been able to join forces with Pincourt Vert, whose members were instrumental in saving Rousseau Forest and were also in attendance at the NDIP protest.

“This is our sister city,” said Pincourt Vert member Shelagh McNally. “There’s no border between the air and the Earth. What happens here affects the whole island.”

With the tightening of restrictions on development on the Island of Montreal, McNally said developers see the off-island region as ‘easy pickings.’

“We’ve been told that every piece of green property in residential areas is up for grabs.” McNally described it as an outdated mode of thinking, a money-making method from the 1950s. “But it’s also the easiest way (for a town) to make money.”

Legault says MARE will be present and active for the other upcoming housing development projects slated for NDIP in 2021. “It’s not just a municipal issue, he said. “It’s a regional issue.”


John Jantak contributed to this report.

For more information on MARE, consult mouvementmare.org/

To sign the petition on Change.org to protest the White Oak forest development, consult tinyurl.com/p3oz02vd



Montréal, le 9 février 2021

Madame Danie Deschênes

Mairesse

Ville de Notre-Dame-de-l’Île-Perrot

21, rue de l’Église

Notre-Dame-de-l’Île-Perrot (Québec)

J7V 8P4

OBJET : Avis archéologique - Analyse d’impact et recommandations pour le projet de

développement immobilier de la Pointe du Domaine (64e avenue).

Madame,

Nous avons examiné le projet de développement immobilier prévu à proximité de la Pointe du

Domaine (64e avenue) en fonction de son impact éventuel sur le patrimoine archéologique. Ce

projet prévoit la construction de dix-sept résidences unifamiliales, leur raccordement au réseau

d’aqueduc et d’égout municipal ainsi que l’aménagement de voies d’accès (rues et sentier

pédestre). Ces travaux nécessiteront l’excavation et le retrait des sols dans l’emprise de ces

constructions et aménagements ainsi que la coupe et l’essouchement de plusieurs centaines

d’arbres matures.

Les paragraphes qui suivent font état du potentiel archéologique que recèle l’aire de travaux,

située entre les 63e et 68e avenues et au nord du boulevard Perrot à Notre-Dame-de-l’Île-Perrot

(figure 1). Ils exposent par la suite l’impact des travaux prévus sur le patrimoine archéologique

potentiellement présent et les recommandations quant aux interventions archéologiques devant

être réalisées afin d’assurer leur protection.

CONTEXTE GÉOGRAPHIQUE ET ENVIRONNEMENTAL

La municipalité de Notre-Dame-de-l’Île-Perrot occupe les deux tiers est et sud de l’île Perrot.

Cette dernière se trouve dans la rivière des Outaouais, à la confluence des eaux du fleuve Saint-

Laurent, du lac Saint-Louis et du lac des Deux Montagnes. Son territoire s’inscrit dans la région

physiographique des basses-terres du Saint-Laurent (Douglas et Tremblay, 1972 : 31), vaste

ensemble délimité par les Appalaches au sud, le Bouclier canadien au nord et traversé par le

fleuve Saint-Laurent. Plus spécifiquement, ce territoire fait partie de la grande plaine de

Montréal, paysage au relief plat et au sol généralement argileux, ponctué de terrasses et de

quelques collines, les Montérégiennes.

2

La zone à l’étude (figure 1) est localisée à environ 3,5 km à l’est du noyau villageois de Notre-

Dame-de-l’Île-Perrot. Elle se situe au centre d’un espace boisé riverain et aux pentes peu

accentuées, se trouvant entre 20 et 21 mètres d’altitude (figure 2). L’embouchure du ruisseau

du Domaine, cours d’eau partiellement asséché et canalisé, se trouve à environ 300 mètres à

l’est de l’aire d’étude. Celui-ci capte dans sa partie amont les eaux de ruissellement provenant

d’un vaste boisé situé au sud du boulevard Perrot ainsi que des terres agricoles voisines. Les sols

y sont bien à très bien drainés, majoritairement loameux mais parfois sableux et plutôt rocailleux

(figure 3)

Ce territoire a été inondé par la mer de Champlain vers 11 200 ans AA1 (Occhietti et Richard,

2003 : 132) âge 14C et se trouvait alors à environ 145-150 mètres sous le niveau de la mer. Les

eaux saumâtres de cette mer se sont par la suite retirées pour laisser place au lac Lampsilis,

dont la surface surplombait alors le secteur à l’étude d’environ 75 mètres (Parent et Occhietti

1988 : 216). Deux modèles (Brown Macpherson, 1967 et Dionne, 1988, 1998, 2001) sont

principalement utilisés afin d’expliquer la séquence d’émersion des terres dans la vallée du

Saint-Laurent. Selon le premier, la zone située à une altitude de 15 à 30 mètres aurait émergé

entre 6 000 et 7 500 ans AA. Le second modèle, plus complexe, propose une émersion plus hâtive

ayant eu lieu vers 8 500 ans AA.

CADRE HISTORIQUE ET ARCHÉOLOGIQUE

OCCUPATION AUTOCHTONE

La préhistoire du Québec méridional est subdivisée en trois grandes périodes par les archéologues

: le Paléoindien (11 200-8 000 AA), l’Archaïque (9 500- 3 500 AA) et le Sylvicole (3 500-400 AA).

Chacune de ces périodes se distingue les unes des autres par des traits matériels, comme la

présence d’un type particulier d’outils, ou encore par des activités socioéconomiques, telles que

les modes d’établissement, de subsistance et de mobilité. La plus grande partie de la préhistoire

québécoise réfère à des populations ayant un mode de vie nomade et seuls les derniers siècles

ont connu des populations au mode de vie sédentaire et impliquant l’apparition de villages semisédentaires.

Compte tenu de sa position surélevée, à une altitude d’environ 20-21 mètres NMM,

la zone a pu être occupée par des groupes autochtones dès son émersion vers 8 500 AA

(Lamarche, 2006 ; Muller et Richard, 2001), soit dès la fin de l’Archaïque inférieur (10 200-7 900

AA). Le retrait progressif des eaux du fleuve et la stabilisation du climat à cette époque rendent

en effet ce territoire de plus en plus accueillant pour l’établissement de groupes humains.

1 Avant aujourd’hui (AA)

3

La zone à l’étude s’insère quant à elle dans un paysage ouvert à la jonction de cours d’eau

majeurs. Les affluents qui la bordent, le fleuve Saint-Laurent et la rivière des Outaouais

constituent des voies de circulation incontournables, permettant d’accéder au coeur du continent

américain autant vers le nord, l’ouest qu’au sud. Les îles de l’archipel de Montréal, notamment

les multiples pointes et baies qui ponctuent leurs rivages ont à de nombreuses occasions servi de

lieux de halte (campements temporaires), de zones de portage ou encore de lieu

d’établissement. Ainsi, on sait que les groupes autochtones fréquentaient la région et plus

spécifiquement l’île Perrot au moins dès le Sylvicole moyen (2400 à 1000 ans AA) et au cours du

Sylvicole supérieur (1000 à 500 ans AA). Le site archéologique de la pointe du Moulin (BiFl-01),

situé sur la pointe sud-est de l’île Perrot à moins de 5 kilomètres de l’aire d’étude, a livré

plusieurs objets-témoins de ces époques, notamment des fragments de poterie ainsi que des

éclats et un grattoir en chert (Agin, 1994 et Archéotec, 2010 et 2012).

Même si relativement peu d’interventions archéologiques ont été réalisées jusqu’à présent dans

la région en regard de l’urbanisation qui s’y produit, un grand nombre de sites archéologiques

ont été recensés dans un rayon de 10 km de l’aire d’étude, dont plusieurs sites autochtones

préhistoriques majeurs (figure 4). À environ 9 kilomètres au sud-ouest de l’aire d’étude se trouve

notamment le site de la Pointe-du-Buisson (BhFl-1), classé site patrimonial et désigné lieu

historique national du Canada pour sa grande valeur historique et archéologique, témoin

d’occupations autochtones s’étalant sur plusieurs millénaires, soit depuis l’Archaïque laurentien

(5500-4200 ans AA). Le site de l’Île-aux-Tourtes (BiFl-5), qui se trouve à un peu moins de 8

kilomètres au nord-ouest de l’aire d’étude, est également classé comme site patrimonial et

comporte des traces d’occupation autochtone s’étalant de l’Archaïque laurentien (5500-4200 ans

AA) à la fin du Sylvicole supérieur (XVIIe siècle).

OCCUPATION EUROCANADIENNE

La zone d’étude est comprise dans les limites de l’ancienne seigneurie de l’Île Perrot, concédée

dès 1672 au seigneur François-Marie Perrot. Dès le début, ce dernier en confie la gestion ainsi

que la mise sur pied d’un poste de traite à son lieutenant Antoine de La Fresnaye de Brucy, qui

se verra offrir un fief au nord de l’île en 1684. La même année, la seigneurie est vendue à Charles

Le Moyne. Bien peu de colons s’y établiront au cours du XVIIe siècle jusqu’à sa vente à Joseph

Trottier Desruisseaux : en 1704, 11 concessions y sont habitées. La seigneuresse Françoise

Cuillerier succède à son mari en 1714, à la suite de son décès. Près de 90 concessions seront

octroyées sur le territoire de la seigneurie durant son règne, qui se termine à la suite d’une

faillite en 1750. À partir de 1751, Jean-Baptiste Leduc, époux de Françoise Trottier Desruisseaux

et gendre de Françoise Cuillerier prend possession de la seigneurie jusqu’à sa vente à Thomas

4

Dennis en 1785. À la suite de son décès ainsi que ceux de sa succession, la seigneurie sera divisée

en deux à partir de 1817 : Pierre-Amable Dézery et Régis-Maurice Mongrain deviennent alors

seigneurs respectifs des parties Est et Ouest. Enfin, le régime seigneurial est aboli en 1854,

donnant naissance à la municipalité de paroisse de Sainte-Jeanne de l’Isle Perrot (Chartier,

2009).

Le fief Alexis2

En 1716, la seigneuresse de l’île Perrot Françoise Cuillerier vend à Alexis Trottier-Desruisseaux,

son beau-frère et capitaine de milice, un fief qui s’étend du ruisseau du Domaine jusqu’au milieu

de la grande anse (aux environs de l’actuelle 87e avenue). L’année suivante, c’est une grande

portion du nord de l’île qui lui est donnée sur environ 20 arpents de profondeur, soit « à partir

du ruisseau du Domaine jusqu’à la limite du fief Brucy ». Celui-ci y concédera dès lors plusieurs

terres notamment le long de la Petite côte (approximativement entre la 20e et la 62e avenue)

mais conserve la pointe nord-est du domaine pour s’y établir. Parmi les obligations des

censitaires envers la seigneurie figuraient, outre l’obligation de faire moudre son grain au moulin

banal, celles de conserver le bois de chêne pour le service du roi et les autres bois durs pour les

différentes constructions du domaine.

Alexis Trottier fait ainsi défricher l’extrémité est de la pointe de son domaine mais conserve

vraisemblablement les forêts à l’arrière de sa terre pour ses besoins en bois de construction ou

de chauffage. Un chemin reliant la pointe du fief Alexis, les concessions de la Grande Anse et le

domaine seigneurial (pointe du Moulin) est vraisemblablement ouvert dès les années 1720 (figure

5). Les plans dressés en 1760 et 1763 par le général James Murray illustrent de façon détaillée

la présence d’habitations et de terres cultivées de part et d’autre de la pointe du Domaine ainsi

que les forêts, cours d’eau et autres éléments naturels subsistants sur les lieux (figures 6 et 7).

À noter le long détour que forme le chemin à cette époque, contournant le ruisseau : lors des

crues printanières, le ruisseau du Domaine gonflait en effet suffisamment pour restreindre

l’accès à la pointe, qui formait alors une presqu’île (Chartier, 2009 :152). En novembre 1780, le

fief est rétrocédé par la succession Trottier-Desruisseaux à la petite-fille de Françoise Cuillerier,

Marie-Josèphe Leduc et à son mari Valentin Moreau. Puis en 1790, il est fusionné au territoire de

la seigneurie par le seigneur Thomas Dennis.

Le XIXe siècle voit l’arrivée d’une population de plus en plus considérable sur l’île Perrot,

notamment à la suite de la construction du chemin de fer du Grand Tronc entre 1854 et 1856

(figure 8). Malgré tout, les environs de la pointe du Domaine demeurent essentiellement agricoles

2 Aussi connu sous le nom de fief Desruisseaux ou fief Saint-Alexis.

5

et l’ancienne forêt domaniale, intacte. Son isolement relatif du reste de l’île par la crue

printanière du ruisseau du Domaine et la difficile culture des sols à cet endroit pourrait avoir

contribué à cette préservation. Au cours des années 1930, des habitations sont contruites près

du rivage au nord de l’aire d’étude et des rues sont percées dans le couvert forestier pour en

permettre l’accès (figure 9). Sur la photographie aérienne de 1948 (figure 10), on aperçoit déjà

le tracé de la 64e avenues ainsi qu’un chemin se trouvant à quelque 300 mètres vers l’ouest,

tous deux en périphérie de la zone d’étude dont le couvert forestier demeure apparemment

intact. Au début des années 1960, l’urbanisation atteint définitivement cette partie de l’île

Perrot : de nouvelles rues sont ouvertes et plusieurs maisons unifamiliales sont construites, à

l’ouest et à l’est de la zone d’étude (figure 11).

Mentionnons enfin que l’emprise du domaine d’Alexis Trottier Desruisseaux demeure toujours

perceptible de nos jours dans le couvert forestier de la pointe du Domaine. Un examen de

certaines photographies aériennes permet en effet d’y identifier, notamment dans le boisé au

sud du boulevard Perrot, une nette variation dans le couvert végétal qui correspond très

précisément aux limites de l’ancien domaine (figure 12).

DÉMARCHE ARCHÉOLOGIQUE

Plusieurs ouvrages, photographies et documents cartographiques ont été utilisés afin de

caractériser le potentiel archéologique du secteur étudié. Dans le cadre de cet avis, un rayon de

dix kilomètres autour de la zone de travaux prévus a été considéré. La caractérisation du

potentiel archéologique autochtone préhistorique s’est appuyée essentiellement sur deux

grandes catégories de critères environnementaux :

1. Les critères d’ordre topologique, soit l’organisation de l’espace géographique et du

paysage, la rencontre de cours d’eau, les anciens rivages, etc.

2. Les critères d’ordre topographique, soit le relief, la morphologie du terrain et les

surfaces présentant de bonnes qualités pour un établissement temporaire ou de longue

durée.

Dans le cas de l’occupation eurocanadienne, la présence d’établissements anciens et la proximité

des voies de communication, depuis les débuts de l’occupation jusqu’au milieu du XXe siècle,

sont les principaux critères qui nous ont guidé dans le cadre de cet exercice. Plusieurs plans

datant des XVIIIe, XIXe et XXe siècles ont été consultés, disponibles en ligne dans les collections

numériques de Bibliothèque et Archives nationale du Québec (BAnQ), de Bibliothèque et Archives

Canada (BAC), de la Bibliothèque nationale de France (BnF), du Greffe de l’arpenteur général du

6

Québec (GAGQ) et des Archives de Montréal. Les ouvrages de Lise Chartier (2009 et 2014) traitant

de l’histoire de l’Île Perrot ont constitué la base du propos historique relaté dans ce rapport.

Les plans anciens d’auteurs anonymes (1740 et 1760), de Murray (1760 et 1763), de Collins (1790),

de Duberger (1796 et 1798) de Bouchette (1813) ainsi ceux que ceux de Kirk (1817), de Jobin

(1834) ou du War Office (1865) et enfin les cartes topographiques de 1909, 1915, 1931, 1944,

1952, 1966 et 1978 ont permis de déterminer l’évolution du bâti et des chemins aménagés dans

le secteur à l’étude. L’utilisation de quelques photographies aériennes, notamment celles prises

en 1948, 1964, 1969 et 2002 ont permis d’émettre des constats sur les perturbations plus récentes

du secteur. Les plans et photographies les plus pertinents ont été inclus en annexe du présent

avis.

POTENTIEL ARCHÉOLOGIQUE

Les secteurs présentant un potentiel archéologique sont illustrés à la figure 13, jointe en annexe.

La zone d’étude se situe sur une pointe au nord-est de l’île Perrot, à la jonction des deux plus

importants cours d’eau du territoire québécois, entre les lacs Saint-Louis et Deux-Montagnes.

Des milieux riches en ressources halieutiques et fauniques ainsi qu’un ruisseau se trouvent encore

aujourd’hui à proximité du site. Des inventaires floraux et forestiers y ont révélé la présence de

chênes blancs centenaires et de caryers ovales, deux arbres très rares au Québec ainsi que de

podophylle pelté sur un lot voisin, une plante intimement liée à l’occupation autochtone

ancienne. Mentionnons toutefois que la portion est de l’aire d’étude comporte un milieu humide

qui n’est pas propice à l’établissement et a donc été exclus du secteur présentant un potentiel

archéologique.

Le boisé subsistant faisait autrefois partie de la forêt domaniale du fief Desruisseaux, concédé

en 1716. Celle-ci a conservé une grande intégrité jusqu’à l’urbanisation partielle du secteur de

la pointe du Domaine, entre le milieu et la fin du XXe siècle. De vastes portions de cette forêt

subsistent aujourd’hui, notamment dans les environs du secteur à l’étude (entre les rues Étienne-

Trudeau et la 63e avenue) ainsi qu’au sud du boulevard Perrot (à l’est de la 60e avenue). Dans

l’aire d’étude, cet espace n’a vraisemblablement pas subi de perturbations importantes depuis

la fin du XVIIe siècle, outre l’ouverture de chemins dans sa périphérie. Rappelons que l’ouverture

du boulevard Perrot à cet endroit remontre au début du XVIIe siècle. Le cumul de tous ces

éléments prédispose ainsi l’endroit à l’occupation humaine ancienne au moins dès le Sylvicole

moyen (2400 à 1000 ans AA) jusqu’à son occupation par des colons européens, de la fin du XVIIe

à aujourd’hui. Le boisé en lui-même, avec son écosystème forestier exceptionnel, constitue un

témoin unique d’un paysage culturel ancien.

7

RECOMMANDATIONS

Les données recueillies dans le cadre de cette étude permettent de retenir un potentiel

archéologique eurocanadien ainsi qu’autochtone préhistorique pour le secteur à l’étude. Afin

d’assurer la protection du patrimoine archéologique éventuel et en raison des qualités

paysagères et culturelles du lieu, nous recommandons la préservation intégrale du boisé dans les

limites de l’ancienne terre domaniale citées précédemment ainsi qu’une réflexion en vue de sa

nomination à titre de paysage culturel patrimonial.

Advenant que la préservation du boisé ne soit une option retenue par le promoteur, la

municipalité et le Ministère de la Culture et des Communications, nous recommandons la

réalisation d’un inventaire archéologique de la zone à potentiel archéologique en préalable aux

travaux d’aménagement, avec sondages manuels de 0,50 m de côtés, disposés en quinconce aux

15 mètres.

Veuillez agréer, Madame, l’expression de nos sentiments les meilleurs.

Alex Lefrançois-Leduc

Archéologue consultant

p.j.

c.c.: Bernard Lefebvre, ingénieur et président, CGDU inc.

Annie Goudreault, directrice régionale, Direction de la Montérégie, Ministère de la Culture et des

Communications

Éliane Bossé, archéologue, Direction des opérations en patrimoine, Ministère de la Culture et des

Communications ;

David Lemieux-Bibeau, ingénieur forestier et porte-parole, SOS boisé des chênes blancs

Daniel Lauzon, conseiller municipal, district 3, Ville de Notre-Dame-de-l’Île-Perrot

Mohawk Council of Kahnawake

8

RÉFÉRENCES

Agin, Guy, 1994, Poursuite de l'inventaire archéologique sur le site du domaine seigneurial de

la pointe du Moulin, Société Cogito

Archéotec, 2010, Le parc historique de la Pointe-du-Moulin à l'Île Perrot, site BiFl-1.

Opération 13. Surveillance archéologique. Septembre 2010, SODEC

Archéotec, 2012, Parc national de la Pointe-du-Moulin, Notre-Dame de l'Île Perrot, site BiFl-

01. Nouveau pavillon multifonctionnel. Interventions archéologiques 2012, SODEC

Brown Macpherson, J., 1967, Raised shorelines and drainage evolution in the Montreal

Lowland, Cahiers de géographie de Québec, vol 11, no. 23, p. 343-360

Chartier, Lise, 2009, L’île Perrot 1672-1765, éditions du Septentrion, Québec.

Chartier, Lise, 2014, L’île Perrot 1765-1860. La fin de la seigneurie. Suivi de l’historique du

terrier de 1817, éditions du Septentrion, Québec.

Dionne, Jean-Claude, 1988, Holocene relative sea-level fluctuations in the St. Lawrence

estuary, Québec, Canada, Quaternary Research, vol 29, no. 3, p. 233-244.

Dionne, Jean-Claude, 1998, État des connaissances sur le niveau marin relative et le

relèvement des terres à l’holocène, Estuaire du Saint-Laurent, Québec. Résumé. Colloque

commun GAC, MAC, APGGQ, IAH, CGU, 18-20 mai 1998, Québec. Publié dans: The Canadian

Geomorphology Research Group Bibliography Database

Dionne, Jean-Claude. 2001, Relative-sea-level changes in the St. Lawrence Estuary from

deglaciation to present day, dans Weedle, T.K. et Retelle, M.J., Deglacial history and relative

sea-level changes, northern New England and adjacent Canada, vol. 351, p. 271-284.

Lamarche, L. (2006) Reconstitution géologique du lac Saint-Pierre et de ses ancêtres à

l’Holocène — Dans Réunion annuelle de l’AQQUA, excursion sur l’histoire holocène de la région

Lanoraie - lac St-Pierre (auteurs : L. Lamarche, M. Garneau, M. Lamothe, M. Larocque, J.

Loisel, S. Pellerin, P. J. H. Richard, É. Rosa et S. Van Bellen), UQAM, INRS, Université de

Montréal, Jardin Botanique de Montréal.

Muller, S. D., & Richard, P. J. (2001) Post‐glacial vegetation migration in conterminous

Montréal Lowlands, southern Québec — Journal of Biogeography — Vol. 28 (10) :

1169-1193.

Occhietti, S. et P. Richard, 2003, Effet Réservoir sur les âges 14C de la Mer de Champlain à la

transition Pléistocène-Holocène : révision de la chronologie de la déglaciation au Québec

méridional — Géographie physique et Quaternaire — Vol. 57 (2-3) : 115-138.

9

SITES INTERNET CONSULTÉS

Bibliographie de l’Inventaire des sites archéologiques du Québec – ISAQ, Ministère de la

Culture et des Communications

https://www.mcc.gouv.qc.ca/fileadmin/documents/patrimoine/Bibliographie_ISAQ.xls

Bibliothèque numérique en archéologie

https://biblioisaq.mcc.gouv.qc.ca/

Bibliothèque et Archives nationales du

http://services.banq.qc.ca/sdx/cep/accueil.xsp

Bibliothèque et Archives Canada

http://www.collectionscanada.gc.ca/index-f.html

Google Earth

Ministère de la Sécurité Publique Géo-Portail

https://geoegl.msp.gouv.qc.ca/geomsp/?page=/mcc/index

Répertoire du patrimoine culturel du Québec – RPCQ, Ministère de la Culture et des

Communications

http://www.patrimoine-culturel.gouv.qc.ca

10

PHOTOGRAPHIES ET PLANS ANCIENS

Bouchette, Joseph, 1815, To his Royal Highness’s George Augustus Frederick, Prince of Wales,

Duke of Cornwall, […]. London, England: W. Faden, 1815. BAnQ, G/3450/1815/B68 CAR pl.

http://numerique.banq.qc.ca/patrimoine/details/52327/2243999

Canadian Pacific Air Lines Ltd, Aerial Survey Division, 1948, Vues aériennes de l’île de

Montréal, 1947-1949, Archives de Montréal

Duberger, Jean-Baptiste, Gale, Samuel, 1795, Of the Westerly Part of the Province of Lower

Canada - Compilation de la partie Ouest de la province du Bas Canada. Greffe de l’arpenteur

général du Québec [en ligne]

Murray, James, 1760, Plan of Canada or the Province of Quebec from the uppermost settlements

to the Island of Coudre as surveyed by order of his excellency governor Murray in the year 1760,

61, & 62, by the following gentlemen vizt., Bibliothèque et Archives Canada, MIKAN 4134077 [en

ligne]

Murray, James, 1763, Survey of the St. Lawrence Valley from Montreal to the Island of Orleans,

ordered by Governor James Murray and prepared under the general direction of Lieut. John

Montresor, Bibliothèque et Archives Canada, NMC17560. Tiré de Chartier, 2009.

Ministère de la Défense Nationale, 1931, Carte topographique du Canada à l'échelle de 1:63

360. 31-H-05, Lachine, Service de cartographie, Ministère de la Défense Nationale [en ligne]

BAnQ, 0002684812

https://collections.banq.qc.ca/ark:/52327/2246243

Ministère de la Défense Nationale, 1961, Carte topographique du Canada à l'échelle de 1:25

000. 31-H-05-e, Ste-Anne-de-Bellevue, Service de cartographie, Ministère de la Défense

Nationale [en ligne] BAnQ, 0002685922

https://collections.banq.qc.ca/ark:/52327/2246400

War Office, 1865. Frontier of Canada East, Topographical Dept of the War Office, Southampton

[en ligne] BanQ, 0000321643

https://collections.banq.qc.ca/ark:/52327/2244444

11

1

ANNEXE

Figures

12

Figure 1. Localisation de l’aire d’étude.

13

Figure 2. Topographie et milieux hydriques à proximité du secteur à l’étude.

14

Figure 3. Extrait de la carte des sols du comté de Vaudreuil-Soulanges (1948).

15

Figure 4. Sites archéologiques (en rouge) dans un rayon de 10 kilomètres de l’aire d’étude (en bleu, au centre).

16

Figure 5. Extrait d’une carte contemporaine réalisée par le musée d’archéologie et d’histoire de Montréal, représentant les

concessions de la seigneurie de l’île Perrot en 1724 (tiré de Chartier, 2009).

17

Figure 6. Extrait de la carte dressée par James Murray en 1760. L’aire d’étude est localisée approximativement à l’aide de la flèche

rouge.

18

Figure 7. Extrait de la carte dressée par James Murray en 1763. L’aire d’étude est localisée approximativement à l’aide de la flèche

rouge.

19

Figure 8. Extrait du plan topographique dressé en 1865 par le War Office, sur lequel on observe l’occupation croissante des terres

sur le pourtour de l’île ainsi que le chemin de fer du Grand tronc.

20

Figure 9. Extrait de la carte topographique de 1931, qui illustre le boisé et la présence d’un chemin

de terre menant à la rive nord de la pointe du Domaine.

21

Figure 10. Superposition de l’aire d’étude à la photographie aérienne de 1948. On y observe deux chemins en périphérie ouest et

est de l’aire d’étude ainsi qu’une résidence le long de l’actuel boulevard Perrot. Le secteur est alors entièrement boisé.

22

Figure 11. Extrait de la carte topographique de 1961, qui illustre le développement immobilier à l’extrémité est de la pointe du

Domaine ainsi que sur tout son pourtour.

23

Figure 12. Superposition des limites de l’ancien domaine (en bleu, tiré du plan dressé en 1817 par Papineau et Doucet) au couvert

végétal actuel, qui permet d’apprécier la subsistance des limites de la forêt domaniale (flèches rouges, notamment) dans

le paysage.

24

Figure 13. Zone à potentiel archéologique.



























Featured Posts
Recent Posts
Archive
Search By Tags
Follow Us
  • Facebook Basic Square
  • Instagram Social Icon
Archives
Sections
Current Issue
ylj-2018-transparent.png

Sports

  • Facebook App Icon
  • Twitter App Icon
  • 2016_instagram_logo

             © 2020 The Journal.